47e session de la Résidence
Molly Manning Walker ©️Billy Boyd Cape, Ernst De Geer ©️Per Larsson, Daria Kashcheeva ©️Gabriel Kuchta, Deník N, Danech San ©️Prum Ero, Anastasiia Solonevych ©️DR, Aditya Amhad ©️DR

La 47e session de la Résidence du Festival de Cannes

Bienvenue à Molly, Aditya, Daria, Danech, Ernst et Anastasiia ! Du 15 mars au 31 juillet 2024, ces jeunes cinéastes travailleront au cœur de Paris sur leurs projets de premier ou deuxième long métrage. Ils bénéficieront durant 4 mois et demi d’un programme de suivi personnalisé de leur scénario et d’un programme collectif de rencontres avec des réalisateurs, des professionnels et des représentants des institutions du cinéma.

Découvrez qui sont les six nouveaux visages de La Résidence.

Dans le quartier chargé d’histoire du 9e arrondissement de Paris, les six nouveaux résidents ont pris place à la suite de la dernière session composée de Meltse Van Coillie, Diana Cam Van Nguyen, Hao Zhao, Gessica Généus, Andrea Slaviček, Asmae El Moudir. Ces deux sessions se trouveront réunies lors de la 77e édition du Festival de Cannes qui se tiendra du 14 au 25 mai prochain.

Depuis la réorganisation de La Résidence en 2022, les cinéastes sont désormais sélectionnés à la fois sur appel à candidatures et sur invitation, Stéphanie Lamome étant en charge du projet. Créée en 2000, La Résidence a accueilli plus de 250 cinéastes en provenance d’une soixantaine de pays. Nombreux sont celles et ceux qui, invités dans les plus grands festivals du monde, ont connu un succès international : Lucrecia Martel, Kornél Mundruczó, Sebastián Lelio, Antonio Campos, Karim Aïnouz, Jonas Carpignano, etc.

Après leur passage à La Résidence, le Roumain Corneliu Porumboiu a obtenu la Caméra d’or en 2006 pour 12:08 à l’est de Bucarest, le Mexicain Amat Escalante a remporté le Prix de la mise en scène à Cannes en 2013 avec Heli, tandis que son compatriote Michel Franco y a décroché le Prix du scénario en 2015 avec Chronic, en Compétition. Le Hongrois László Nemes a gagné le Grand Prix à Cannes en 2015, ainsi que l’Oscar et le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère en 2016 pour Le Fils de Saul, le Belge Lukas Dhont, la Caméra d’or en 2018 avec Girl et la Libanaise Nadine Labaki, le César et l’Oscar du meilleur film étranger en 2019 avec Capharnaüm. Après avoir été couronné de l’Ours d’or à la Berlinale en 2019 avec Synonymes, l’Israélien Nadav Lapid a remporté le Prix du Jury à Cannes avec Le Genou d’Ahed en 2021, tandis qu’en 2022, l’Ours d’or est allé à l’ancienne résidente de la promotion 2018/2019, l’Espagnole Carla Simón avec Nos Soleils.

Ces quelques noms parmi les plus notoires sont le reflet d’une effervescence, d’une créativité que le Festival de Cannes soutient depuis toujours. À travers La Résidence, le Festival de Cannes est fier d’accueillir à Paris le futur de la création mondiale.

 ©️Billy Boyd Cape
©️Billy Boyd Cape

Molly Manning Walker

« Je suis très heureuse que Cannes continue à soutenir ma carrière. J’ai hâte de commencer à écrire à Paris. C’est le moment idéal pour moi après une longue tournée de promotion. J’ai hâte d’être entourée d’autres créateurs et de leurs idées. »

Molly Manning Walker est une scénariste, réalisatrice et directrice de la photographie basée à Londres. En 2019, elle décroche son master de directrice de la photo à la National Film and Television School (NFTS). Son premier long métrage comme directrice de la photographie, Scrapper de Charlotte Regan, est projeté en première mondiale à Sundance en 2023 et remporte le Grand Prix du Jury. Son premier long métrage comme réalisatrice, How to Have Sex, est sélectionné à Cannes en 2023 dans la section Un Certain Regard où il remporte le prix le plus prestigieux. Depuis, son film a gagné plus d’une vingtaine de récompenses dont le Prix Découverte aux European Film Awards et la meilleure performance dans un premier rôle aux BIFAS. Il est également nommé aux BAFTA dans quatre catégories dont celles du Meilleur Film Britannique et du Meilleur Premier Film. Molly s’intéresse aux films qui commentent la société et interrogent nos modes de vie.

Aditya Ahmad

« C’est un véritable honneur d’avoir été sélectionné pour rejoindre La Résidence où je travaillerai sur mon premier long métrage, entouré de l’énergie persistante des remarquables cinéastes qui y sont passés. Je suis impatient de grandir avec les autres résidents qui, je le crois, joueront un rôle important dans mon processus de création cinématographique. C’est l’expérience d’une vie ! »

Né en 1989, Aditya Ahmad est un réalisateur et scénariste indonésien. Il sort diplômé de l’Institut des Arts de Makassar en 2013 avec son court métrage de fin d’études Stopping The Rain, primé par une mention spéciale du Jury Jeunesse du programme Génération KPlus au 64e Festival international du Film de Berlin de 2014. Depuis 2013, Aditya travaille pour divers films et projets publicitaires pour la télévision. En 2014, il participe à l’Asian Film Academy puis à la Berlinale Talents en 2015. Son court métrage A Gift remporte le prix du meilleur court métrage dans la compétition Orizzonti de la 75e Mostra de Venise. Il travaille actuellement à l’écriture de son premier long métrage.

 ©️Gabriel Kuchta, Deník N
©️Gabriel Kuchta, Deník N

Daria Kashcheeva

« De nos jours, alors que le monde bouge si vite, c’est un privilège fantastique d’avoir l’opportunité de se concentrer uniquement sur l’écriture pendant quatre mois et demi. Je suis reconnaissante d’avoir été choisie pour participer à La Résidence, de profiter de cet espace et de ce temps, de m’évader et de me plonger dans la contemplation, l’exploration et l’écriture dans un mode calme, sans la pression d’un calendrier serré. Je suis curieuse de rencontrer des artistes talentueux, d’échanger des idées et des expériences. Présenter le projet au Festival de Cannes est un début incroyable, j’ai hâte d’y être. »

Née au Tajikistan, Daria Kashcheeva est une cinéaste indépendante basée à Prague et diplômée de la FAMU. Son court métrage d’animation de fin d’études Daughter (2019) remporte plus d’une centaine de prix à travers le monde dont celui du meilleur film d’école au Festival du Film d’Animation d’Annecy, celui du meilleur court métrage d’animation à Sundance et l’Oscar du meilleur court d’école. Il est aussi nommé à l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 2020. Son film de fin de master Electra (2023) est projeté en première mondiale au Festival de Cannes et remporte le prix du meilleur court métrage au Festival International du Film de Toronto. Travaillant avec des acteurs et des marionnettes de taille humaine, Daria mélange prises de vues réelles et animation en stop-motion pour explorer les thèmes de l’identité de genre, de la sexualité et de la perception du corps. Grâce à l’intégration de formes hybrides, elle cherche à défier et à dépasser les contraintes des genres cinématographiques conventionnels.

 ©️ Prum Ero
©️ Prum Ero

Danech San

« Je suis très enthousiaste à l’idée de faire partie de La Résidence cette année et je souhaite bénéficier du temps et de l’espace dont j’ai tant besoin pour me concentrer sur l’écriture et l’expérimentation de nouvelles idées pour mon premier long métrage. J’espère que ce sera une excellente occasion de faire connaissance avec d’autres cinéastes, de rencontrer des professionnels de l’industrie et d’explorer la scène cinématographique en France pendant ces quatre mois et demi. »

Danech San est une réalisatrice cambodgienne née à Battambang en 1991. Après avoir déménagé à Phnom Penh pour étudier la décoration intérieure, Danech se tourne vers la réalisation et travaille depuis 2015 à différents postes dans la production de films avec Anti-Archive. Son premier court métrage, A Million Years, gagne le prix du meilleur court du sud-est asiatique au Festival International du Film de Singapour en 2018 et le prix Arte au Kurzfilm de Hambourg en 2019. Sunrise in my Mind, son second court, fait sa première mondiale en compétition en 2020 au Festival International de Busan et remporte le Grand Prix des courts métrages en prises de vues réelles au POFF Shorts de Tallinn en Estonie. Ses deux courts ont été diffusés sur Arte. Passée par la Locarno Filmmakers Academy et le SEAFIC Seed Labs, Danech est aussi la fondatrice du Festival du Film de Kampung qui promeut la culture cinématographique en zone non-urbaine au Cambodge. Elle développe actuellement son premier long métrage To Leave, To Stay.

 © Per Larsson
© Per Larsson

Ernst De Geer

« Je suis incroyablement reconnaissant de faire partie de La Résidence et j’ai hâte d’y écrire mon deuxième long métrage. Je sais que l’échange d’expériences et d’idées avec les autres cinéastes du monde entier, la découverte d’autres perspectives et la possibilité de me concentrer sur mon propre processus dans l’une des capitales du cinéma seront d’une grande utilité pour mon écriture. »

Ernst De Geer est un réalisateur suédois né en 1989. Il fait ses études à la Norwegian Film School. Son court métrage de fin d’études The Culture remporte plusieurs prix à travers le monde et est nommé aux Amanda, les César norvégiens. Son premier long métrage The Hypnosis est sélectionné en compétition aux Cristal Globe de Karlovy Vary où il remporte trois récompenses.

Anastasiia Solonevych

« Je suis très enthousiaste à l’idée de développer mon premier long métrage dans un environnement qui encourage la créativité et la collaboration. Mon souhait le plus cher est d’absorber des connaissances précieuses, d’affiner ma vision et d’acquérir de nouvelles perspectives auprès de professionnels expérimentés et de collègues cinéastes. Dans le cadre de cette expérience transformatrice, j’espère repousser mes limites créatives, rencontrer des personnes talentueuses et échanger des énergies. Cette opportunité est un rêve devenu réalité, me permettant de naviguer dans le vaste monde des longs métrages avec une inspiration et une passion renouvelées. »

Anastasiia Solonevych est une réalisatrice originaire de Kiev, en Ukraine. Elle obtient son diplôme en réalisation cinématographique et télévisuelle à l’Université nationale Taras Shevchenko de Kiev en 2021. Son premier court métrage, As It Was (coréalisé avec Damian Kocur), a concouru pour la Palme d’or au Festival de Cannes de 2023. Depuis 2017, Anastasiia est activement impliquée dans l’industrie cinématographique, en tant que première assistante réalisatrice ou en occupant divers postes pour des publicités, des longs métrages et des séries télévisées. Anastasiia se concentre sur la vie de gens ordinaires aux prises avec des situations exceptionnelles, mêlant fiction et non-fiction avec une touche stylistique. Adoptant la simplicité, elle communique des pensées par un langage direct, apprécie le minimalisme et met l’accent sur des moments authentiques avec clarté et sincérité.

Actualités
Emmanuelle Béart © Harold James / Baloji © Kristin Lee Moolman
Baloji et Emmanuelle Béart en duo pour présider le Jury de la Caméra d’or du 77e Festival de Cannes Un tandem inédit et pour autant évident se formera à la tête du Jury de la Caméra d’or du 77e Festival de Cannes. La richesse du dialogue et la beauté...
New Producers Room 2024 Créatifs et inspirants ! Découvrez les 10 productrices et producteurs réunis au sein du New Producers Room cette année.   Organisé par le SFC | Rendez-vous Industry, ce programme sur-mesure guide...
Focus SCRIPT 2024 Le Focus SCRIPT met en lumière des talents du Cinéma de Demain et les accompagne lors du développement de leur prochain court métrage. Découvrez les 7 projets choisis pour l’édition...